Patrice Faubert

Abattoirs d'humains

Les vaches

Veillaient à ne pas faire souffrir
Les humains, que des automates, pulvérisaient
Pour les transformer en des herbes vraies
Car cela était bon pour leurs jarrets

Les moutons

Qui gardaient les troupeaux d'hommes
Veillaient à leur faire faire un somme
Car, ils devaient rester en forme
Pour rester consommables, dans la norme

Les agneaux

Ordonnaient à la bientraitance
Des bestiaux humains, avec bienveillance
Et ils étaient gavés de poisson
Afin qu'ils se portent coton

Les cochons

Avaient à charge, d'endormir
Les humains, et de les mettre
Dans des machines à broyer, pour finir
De les transformer, en des herbes à paître

Les chevaux

Surveillaient le manque d'éthique
De ces pratiques
Et ils protestaient, contre les humains, en batterie
Et toute la mauvaise tuerie

Les canards

Les canards menaçaient de se rebeller
Et d'humains, de ne plus consommer
Quitte à ne manger que du végétal
En s'indignant de la souffrance animale

Patrice Faubert ( 2012 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Patrice Faubert.
Publicado en e-Stories.org el 13.05.2017.

 

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"Sátira" (Poemas)

Otras obras de Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Du sectarisme, des sectes, des clans - Patrice Faubert (Política & Sociedad)
Die Stadt an drei Flüssen - Paul Rudolf Uhl (Vida)