Anna-Helena Kummerli

L’HISTOIRE D’UNE PASSION - Arches

 

Arches

Ensuite, sur notre route: Arches National Park! Les arches, c’est tout un programme. C’est l’endroit que j’ai découvert qu’à mon 4ème ou 5ème voyage dans l’ouest, car je pensais toujours qu’il allait faire trop froid en février/mars, car Arches se trouve assez au nord. Quand je travaillais en Suisse, je devais prendre les vacances pendant les mois creux et c’est pour cette raison que pendant environs 12 ans, j’ai découvert l’ouest pendant les mois d’hiver. En réalité, comme les arches se trouvent dans un terrain désertique, il ne fait pas froid, malgré la situation bien au nord.

A ma grande honte je dois avouer que je me suis conduite comme une idiote en visitant pour la première fois les arches. Je m’y trouvais avec une amie genevoise qui n’avait pas beaucoup de temps, car elle devait retourner en Suisse pour s’occuper de son magasin. Donc, nous décidons de monter aux Arches au moins un petit moment et commencions par le “Jardin du Diable”. On laisse la voiture, on passe un couloir entre les rochers où il y a toujours, aussi bien en été qu’en hiver, un courant glacial. L’air froid s’y engouffre et on claque des dents pendant 5 minutes, avant de se trouver à l’abri des rochers. Donc on visite le “Pine-Arch.” et le “Tunnel-Arch” et on rencontre un jeune homme australien qui descendait le chemin du “Landscape-Arch”. Bêtement, je lui pose la question si “ça valait la peine de monter”? J’ai encore honte aujourd’hui d’avoir demandé une chose aussi stupide. Comment venir aux Arches, si on croit que ça ne vaut pas la peine? Depuis, quand je descends et que “des imbéciles” (comme moi) me demande si “ça vaut la peine”, je réponds toujours: oh non, n’y allez pas - il n’y a rien à voir!!! Donc après la visite de ces deux seules arches, nous sommes redescendus pour continuer notre route. Heureusement qu’aujourd’hui, j’ai appris à “vivre” et depuis, j’ai visité les arches en profondeur. Maintenant, quand je monte au jardin du Diable, je prends tout de suite le chemin du Landscape Arch. Ensuite, je grimpe le couloir jusqu’au plateau et là, grande décision: d’abord le Double-O-Arch ou le Navajo- et Partition-Arch? Un de mes préférés est le Navajo Arch, car il est bien différent des autres, inattendu et spécial. Un jour j’y suis arrivée et comme il avait plu les jours avant, un petit lac s’était formé sous et autour de l’arche. C’était merveilleux et il ne manquait que les canards. Le Partition Arch est également formidable, mais de toute façon, ils le sont tous. Que de belles photos à faire. Même en étant un piètre photographe et sans appareil perfectionné on arrive à faire des merveilles dans cette région.

Si un jour vous vous trouvez aux Arches, n’oubliez pas de passer aussi par la section du Klondike. C’est merveilleux - il y a peu de monde et que de belles marches et découvertes à faire. N’ayez crainte, après la première montée un peu raide, le chemin est facile et agréable et absolument pour tout le monde. J’ai eu la chance d’y être absolument seule (juste avec Trudy et Jean-Pierre). C’est inoubliable. En descendant, un arrêt obligatoire vers la “Fiery Furnace” et son labyrinthe à se perdre. Evidemment, il faut voir et visiter le “Délicate-Arch”, immortalisé sur tant de photos et même sur les plaques de voiture de l’Utah. Il faut dire que la délicatesse de cette arche est unique, si seulement, il n’y avait pas autant de monde pour y aller. On y monte “à la queue-leu-leu”! La section des “Windows” n’est pas à oublier et avant d’y arriver, il faut passer par le “Jardin d’Eden” que j’appellerai plutôt “le rêve des dames”, car les rochers et pics qui incitent à l’escalade ont tous une forme phallique. Franchement, sans avoir l’esprit mal tourné ou être une obsédée sexuelle, on y pense!

Une petite promenade pour monter à la “fenêtre du nord”, avant de passer par le “Turret-Arch” et de découvrir aussi la “fenêtre du sud” et les deux en même temps. Au lieu de descendre directement, un petit détour pour passer derrière les “fenêtres” et de se trouver au milieu d’un paysage de rêve, en harmonie avec le ciel, la roche rouge et les “Manti-La Salle”- montagnes. Il y a une telle union entre les éléments de la nature, une telle beauté que l’on peut avoir les larmes aux yeux, tant le bonheur est grand.

Ensuite, il y a le “Double-Arch”, sans oublier “le Vieux d’Helena”! Oui, il faut que je vous parle de “mon vieux”. En allant vers le Double-Arch, sur la droite, avec un peu d’imagination, on peut voir une formation rocheuse avec un dauphin à gauche. A droite une belle femme avec un chignon et un peu plus loin, de nouveau à droit, “le vieux d’Helena”. Je peux arriver quand je veux, par beau temps ou par ciel gris, en hiver, printemps, été ou automne: il est grincheux et fait la gueule. Je ne sais plus que faire. Peut-être, si je peux attendre quelques milliers d’année, son visage se transformera et il me fera un grand sourire. Tous mes clients savent que c’est “mon vieux” et il y a même des photos marrantes pour le prouver. Alors, j’attends le jour qu’il sera gracieux et me recevra, sans faire la gueule.

En quittant “mon vieux”, nous descendons et jetons encore un coup d’œil sur le rocher qui se balance et, évidemment, sur “les trois commères”, avant de faire notre dernière petite visite à “Park Avenue”. Un petit coup de chapeau à “Nefertiti” (un rocher) qui nous regarde au loin, avant de descendre vers le visitor center et de faire le plein de cartes postales, de brochures et d’autres souvenirs. On a toujours de la peine à quitter les arches, car tout est beau et facile à atteindre.

A Arches, j’ai vécu toute sorte de choses. Des pique-niques par temps glacial, habillés comme d’abominables hommes des neiges, pour nous protéger du vent ou alors, une chaleur écrasante ou un juniper nous donnait quelques protections des rayons de soleil brulants. Egalement une course folle pour rattraper un sac en plastic emporté par un vent violant etc... Un jour, nous y avons aussi vécu un drame, une mort en direct. Avec des amis genevois, je visitais la partie du “Jardin du Diable” quand des coups de tonnerres ont éclatés. Ayant appris à avoir du respect de la nature et connaissant la rapidité et la force avec laquelle un orage peut approcher, même si le soleil est toujours présent, j’ai forcé mes amis à quitter les rochers pour nous mettre dans la voiture et de descendre vers Moab. Ils étaient un peu étonnés de tant de hâte et ne m’ont pas vraiment prise au sérieux. Bon, nous descendons la route du parc et soudain, sur le bout de piste, menant a la partie du “Klondike”, nous voyons un éclair entrer dans “une chose” que nous pensions être une voiture garée. Immédiatement c’était une boule de feu....Nous continuons à descendre, quand une voiture de ranger monte à toute vitesse, feu rouges et sirène enclenchés. C’est seulement le soir à l’hôtel, que nous avons appris que la voiture n’était pas arrêtée, mais roulait et qu’un homme y était. C’était la mort en direct! Depuis ce moment, je respecte encore plus la force de la nature et mes amis ne sourient plus quand je presse au départ.

 

Il y a aussi la petite histoire de mes copines Anne-Lise et Bibine. Un matin, nous partons de bonne heure pour être les premières à arriver au “Jardin du Diable”. En montant, je demande à Anne-Lise si elle avait remis ma petite trousse (sorte de beauty-case) dans le coffre, après avoir chargé ses bagages? On s’arrête et elle va voir et....ma petite trousse n’y était pas. Bon, il ne nous reste qu’à redescendre. On retourne à l’hôtel, mais....ma trousse n’y était pas. On regarde encore une fois dans le coffre et on la voie.....Bon, nous remontons et, pour gagner du temps, je conseille aux deux copines de mettre les chaussures de marche déjà dans la voiture. Anne-Lise demande à Bibine: “as-tu pris mes chaussures de marche sous le lit?” Bibine n’avait évidemment pas pris les chaussures, donc.....nous redescendons encore une fois à l’hôtel, ou on commençait à nous prendre pour des dingues.....on remonte finalement au “Jardin du Diable”, où, il va sans dire, nous n’étions plus les premières!!! Malgré ça, la journée a été merveilleuse et notre aventure reste un bon souvenir.

Ensuite, un hôtel sympa et quelques bons restaurants à Moab, une petite ville agréable. Ici on retrouve des feux rouges dans les rues et au premier moment, on est un peu surpris, car voyageant dans l’ouest, on oublie la circulation d’une ville. Moab est une ville de jeunes et de sportifs, sans que l’on se sente vieux parmi eux. Il y a les “jeep-eurs” - les cyclistes - les motards - les rafteurs - les hikers et aussi une fois par année les cowboys pour le Rodeo. C’est toute une ambiance et la ville est pleine de “vrais gars”!! Vivant à Tucson, je vais une fois par année au rodéo et à la parade de Tucson. Ça fait parti du paysage et du folklore, même si je n’apprécie peut-être pas toutes les pratiques du rodéo. Je ne me permets pas de juger, car étant également une aficionada des courses de taureaux, que beaucoup de gens jugent cruelles, je ne vais pas me mettre dans la même situation. A Moab, la semaine du rodeo est colorée et marrante et sent bon l’ouest. Quand aux restaurants, il y en a de toutes sortes et spécialement un très bons chinois et un italien, où ils servent du vin ce qui est toujours agréable dans un état comme l’Utah.

 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Anna-Helena Kummerli.
Publicado en e-Stories.org el 09.03.2019.

 

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"Travel Stories / My Home Country" (Relatos Cortos)

Otras obras de Anna-Helena Kummerli

Did you like it?
Please have a look at:

L’HISTOIRE D’UNE PASSION - Joshua Tree - Anna-Helena Kummerli (Travel Stories / My Home Country)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humor)