Jürgen Skupniewski-Fernandez

Le pentacle indien/ 5ème partie

La chaleur oppressante s'était quelque peu calmée et une légère brise apportait un soulagement apaisant. Il y a quelques semaines à peine, un fort cyclone est passé sur les côtes mauriciennes et a apporté de fortes pluies, ce qui a également influencé le taux d'humidité élevé.

Le bungalow d'un étage du poste de police d'Abercrombie était couvert d'un toit en croupe en ardoise bleu-gris. Les hautes fenêtres à cadre blanc se détachaient sur la brique grise. Un porche, soutenu par des piliers de bois ronds, couvrait l'entrée principale. La galerie en bois qui l'entoure au premier étage souligne l'architecture typique du XIXe siècle. Derrière le bâtiment historique en briques se trouvaient deux arbres kapok puissants et ombragés. Un créole en pantalon court a essuyé le porche devant le bâtiment avec une serpillère, sans être épuisé, tout en fumant une cigarette avec délice. Une voiture d'équipage bleu foncé était garée sur la droite devant le bâtiment. Quatre policiers se sont appuyés contre le véhicule et ont eu une conversation vive.

L'agent d'accompagnement a ouvert la porte du véhicule pour Maurice et a indiqué l'entrée principale. Il a salué les quatre policiers et a appelé un nom. L'officier s'est approché.

"Mon collègue va maintenant vous escorter jusqu'au bureau de l'inspecteur en chef Francis Laurent, Monsieur Bertram"

"Bonjour monsieur ! Veuillez me suivre".

Maurice a hochement de tête et l'a suivi dans le bâtiment de la police. Depuis une salle d'interrogatoire, ils ont entendu une femme crier. Elle a raconté à voix haute à l'officier qui l'interrogeait les moments qu'elle avait vécus il y a deux jours. Que cela vous plaise ou non, elle était si éloquente que tout le monde était obligé de l'écouter. On demande à Maurice de s'asseoir : " l'inspecteur en chef va s'occuper de lui dans quelques minutes."

La porte de la salle d'interrogatoire était ouverte et de son siège, il pouvait voir une femme créole, d'une cinquantaine d'années, gesticuler et faire tournoyer ses bras, envoyant un flot de protestations au policier.

 

"S'il vous plaît, calmez-vous, Mme Maroum, et asseyez-vous un instant. Vous pouvez tout me dire à votre guise. Allez, prenez d'abord un verre d'eau", a-t-il essayé de se calmer.

"Mais je ne veux pas me calmer", cria-t-elle violemment et finit par s'asseoir sur la chaise devant le bureau. Elle vivait à Vallée-des-Prêtres, célibataire et reconnaissante quand on l'aidait.

Le policier de rue, qui patrouille régulièrement dans le quartier, a toujours été très utile.

"Eh bien, je lui ai demandé de vérifier ma porte. L'humidité a probablement déformé le cadre", dit-elle d'un air suffisant.

"Il y a deux jours, il est venu le soir, après le travail. Je ne me sentais pas bien ce soir-là, mais je ne voulais pas non plus me passer de son aide!". Puis Mme Maroum est redevenue plus bruyante et plus vivante.

"Il était d'avis que je souffrais d'hypertension artérielle. Il a suivi un cours de "premiers secours". Je devrais me mettre sur le lit. Puis il a pris ma main et a senti mon pouls. Soudain, ses mains pétrissaient mes seins, parce qu'à son avis, on sent beaucoup mieux le pouls sur les seins. Je ne savais pas ce qui m'arrivait", a-t-elle crié.

"Il était là, debout devant moi, en sous-vêtements. Je me suis défendu du mieux que j'ai pu. Je me suis senti utilisé, puis j'ai dû tout supporter, pour le meilleur ou pour le pire. Sur la véranda, il a sorti son appareil et a pissé sur ma belle paume de yucca, le cochon!".

L'officier interrogateur s'est levé et a fermé la porte de la salle d'interrogatoire.

L'inspecteur Laurent quitte son bureau, qui se trouve au bout du long couloir, et marche vers Maurice.

"Monsieur Bertram?"

"Oui, c'est moi." Il s'est levé de sa chaise.

"Inspecteur en chef Francis Laurent. Je suis désolé de vous avoir fait attendre. Veuillez me suivre dans mon bureau". Maurice a suivi l'inspecteur dans le bureau et s'est assis sur

une des chaises libres devant le bureau dominant. Il faisait agréablement frais dans le bureau.

"Voulez-vous un café ou autre chose ?" "Un double espresso et de l'eau, s'il vous plaît, si vous le voulez bien."

Laurent s'est dirigé vers la porte du bureau et a appelé dans le long couloir : "Jane Fortis, deux doubles expressos et de l'eau s'il vous plaît, dans mon bureau!".

"Venez tout de suite, Sir, Inspecteur en chef, Sir !!", répondit une voix féminine amicale.

"Monsieur Bertram, au nom de la direction de la police mauricienne, je vous présente nos condoléances. Je suis chargé de l'enquête sur le meurtre de votre partenaire. Nous n'en sommes qu'au tout début de notre enquête, mais il semble que les autorités supérieures aient également intérêt à ce que le crime commis contre votre partenaire, Mme Veronique Vervier, soit résolu rapidement".

"Oui, un de vos officiers l'a déjà laissé entendre. Comment Véronique est-elle vraiment morte? Pouvez-vous me le dire ? Je suis toujours confus par les nouvelles et je ne sais pas quoi penser. Trop d'incohérences".

À ce moment, on a frappé à la porte et le sergent Jane Fortis conseillait le bureau avec un plateau.

"Sir, votre espresso".

"Posez-le sur le bureau, s'il vous plaît, et je m'occuperai du reste."

 

"Sir, je vous rappelle que votre grand-mère arrive après-demain de la France, tard dans la nuit. Dîner sur la terrasse de l'hôtel Labourdonnais".

"Merci Sergent, je me touve perdu sans vous"

Jane Fortis a réagi avec un sourire silencieux. Elle était fonctionnaire de Scotland Yard dans le cadre d'un échange. Francis Laurent était clairement l'un de ses préférés en matière de qualifications au poste de police. Elle aimait ses manières, sa rhétorique raffinée et il était sacrément beau aussi. Le sergent Fortis a fermé la porte derrière lui et Maurice et Laurent l'ont regardée avec bienveillance.

"Eh bien, le fait est que votre amie semble avoir été étranglée entre trois et cinq heures du matin. La question de savoir s'il existe d'autres indices pendant à la cause du décès, n'a pas encore été définitivement établie. Nous devrons attendre le rapport d'autopsie complet. Son corps inanimé a été retrouvé par des pêcheurs dans les mangroves entre Flic en Flac et Tamarin. J'ai déjà le protocole de mon personnel, qui a été fait après leur visite chez vous".

Laurent a pris les pages de son bureau et les a tenues de façon démonstrative dans sa main droite.

"Inspecteur, qu'est-ce que c'est que cette histoire de tatouage ? Je n'y comprends rien et votre personnel ne semblait pas avoir besoin d'être particulièrement disponible".

 

"Nos officiers sont allés un peu trop loin sur ce coup-là", a souligné Laurent.

"Il est vrai que votre amie a un tatouage bien visible en forme de pentagramme sur le dos, entre les omoplates. C'est tout ce que je veux ajouter pour le moment. Les choses suivent maintenant leur cours et j'assure à M. Bertram que vous serez informé des faits en temps nécessaire. Pour l'instant, tout est spéculatif, comme le dit l'expert, et les hypothèses ne sont pas des déclarations affirmatives".

"Mais Véronique n'a pas de tatouages sur son corps !"

"On peut dire que ça a été fait post mortem."

Maurice a regardé l'inspecteur en chef d'un œil critique. Qu'en penserait-il ?

"Vous me refusez donc le droit de savoir ?" "Non", répondit Laurent avec ostentation.

"Je vais vous faire une proposition : mon agent associé Elmire, que vous connaissez déjà, viendra vous chercher à la maison demain après-midi et vous accompagnera à notre service d'autopsie. Il vous faut identifier votre femme, pardon votre ami, Véronique Vervier. Après cela, nous verrons !".

Maurice est d'accord avec la proposition de Laurent. Dès le début, il semblait être un homme gentil et fiable.

 

 

 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Jürgen Skupniewski-Fernandez.
Publicado en e-Stories.org el 24.05.2020.

 

El autor

 

Libro de Jürgen Skupniewski-Fernandez:

cover

Emotionale Welten von Jürgen Skupniewski-Fernandez



In den Gedichten hat der Autor das lyrische "Ich" durch ein vorwiegendes lyrisches "Du" bzw. "Wir" ersetzt, was eine kollektive Nähe zum Geschehenen hervorruft.
Die sehr eindrücklichen Beschreibungen leben von den vielen Metaphern und Vergleichen.
Eine klare und leicht verständliche Sprache sowie wohlgeformte Reime ermöglichen dem Leser einen guten Zugang zu den Gedichten.
Etwas für Lyrik-Liebhaber und jene, die gerne über das Leben philosophieren. Eine kleine poetische Reise, die den Leser zum Verweilen und zum Nachdenken über den Sinn des Lebens einlädt.

Möchtest Du Dein eigenes Buch hier vorstellen?
Weitere Infos!

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"Crimen" (Relatos Cortos)

Otras obras de Jürgen Skupniewski-Fernandez

Did you like it?
Please have a look at:

Le pentacle indien/ 4ème partie - Jürgen Skupniewski-Fernandez (Crimen)
El Tercer Secreto - Mercedes Torija Maíllo (Ciencia-Ficción)