Jürgen Skupniewski-Fernandez

Lettre à un ami/ Voyage Oriental 2

Mon cher ami,

J'espère que tes recherches se déroulent bien. J'attends avec impatience tes résultats. Cependant, je m'inquiète également de la façon dont tu t'en sortiras en Terre Sainte dans ces conditions politiques difficiles. La recherche archéologique biblique est une discipline indépendante, comme tu me l'as écrit un jour. La recherche biblique dans le contexte de la philosophie orientale a un attrait tout particulier, tu ne crois pas ?

J'ai promis dans ma dernière lettre de te raconter ma rencontre avec le vieux Tunisien de Mahdia. Ce jour-là, j'ai donc quitté le café Sidi Salem au bord de la mer et j'ai gravi la colline en direction du vieux fort, Burj el Kebir. Cet endroit entre le fort, la vieille ville et la mer est unique. C'est un lieu sans égal, où la vie et la mort se déroulent paisiblement et harmonieusement. Des centaines de tombes se trouvent devant moi. Du sommet de la forteresse ottomane à la mer, devant les maisons de la vieille ville adjacente, entre les vestiges encore visibles de la glorieuse histoire (Phéniciens, Romains, Fatimides). Je suis sur probablement le plus beau cimetière, situé directement sur la mer. Les enfants jouent entre des tombes blanchies à la chaux, les passants passent devant des tombes en fin d'après-midi et les baigneurs s'amusent entre les rochers au bord de la mer. Je me suis promené un peu le long de la mer. Seuls les restes du Bab-al-Bahr, porte de la mer, se dressent, comme ils l'appellent ici.

Elle semble être tournée avec nostalgie vers la mer, attendant le retour des habitants de cette métropole autrefois victorieuse. On est en quelque sorte saisi par un désir inconnu. Ce n'est qu'un sentiment. Je ne sais pas vraiment quel genre de désir m'a saisi là-bas. Lorsque tu marches sur une tombe islamique, des pensées sur la vie et la mort s'insinuent involontairement. Cela ne va probablement pas rester à l'écart. Cependant, ce ne sont pas des pensées grises ; cet endroit, situé sur la Méditerranée et inondé de soleil, ne le permet tout simplement pas. Les voix d'enfants pleines de vie, des appels venus de loin; la couleur de la vie ne laisse pas de place aux nuages sombres. Je poursuivis ma marche avec réflexion. Sur une colline devant moi se trouve le petit phare de Mahdia.

Non loin de là, j'ai vu un petit dôme blanc brillant. "Ah", je dis à moi-même, "ça doit être la tombe du Marabout en question. Tu sais, le rendez-vous avec le vieil homme qui m'a demandé de venir au tombeau. Je suis sûr que tu aimerais aussi ce lieu spécial, car cette partie du Mahdi est unique. Tu te demandes sans doute comment cette rencontre avec le Tunisien est venu. Cela fait un moment et je viens d'arriver d'Égypte et j'ai cherché un endroit approprié à Mahdia. Pendant ce temps, je suis resté chez un bon ami à l'hôtel LTI Mahdia Beach. Avec Mohamed, qui est le directeur général ici. Lui et moi nous sommes déjà rencontrés au Caire. Il m'a invité à visiter la Tunisie et il tient son invitation depuis des années. Tu te souviens de ma lettre de cette époque. Je t'ai déjà fait part de mes intentions en détail. Rétrospectivement, je dois te remercier pour ton soutien dans ma décision. Un jour que je cherchais un logement privé convenable, je me suis dirigé vers la vieille ville, l'avenue Cap Afrique, le long de la mer. Ensuite, j'ai pris le chemin à pied par la petite ruelle au bord de la mer. Mon premier regard est immédiatement tombé sur le cimetière islamique devant moi ainsi que sur le petit bassin portuaire de l'époque punique. Quelles impressions ont été révélées. Juste comme je l'aime. Bientôt, je poursuivis curieusement ma petite marche.

Je suis arrivé à un petit mur au bord de la mer, qui limitait l'accès aux rochers. En respirant profondément, j'ai apprécié le large vu sur l'eau. À quelques pas de moi, un vieil homme s'est assis. Il portait un manteau de laine brun foncé, typique de la Tunisie, Burnous. Celui-ci recouvrait un Jeba (caftan) gris foncé. Sa tête était cachée sous le capot. Son visage était marqué par de profondes lignes de vie. On pouvait voir la bataille qu'ils livraient et ses yeux noirs étaient profonds et brillants dans la peau bronzée. Il avait posé ses mains ridées l'une sur l'autre ; pieusement silencieux. Ses pieds nus étaient dans des balagas traditionnelles (chaussures légères en cuir, le talon est ouvert, a l'apparence d'une chaussure piétinée).

Je l'ai regardé avec attention. J'ai ressenti un sentiment rassurant très particulier. Comme si nous nous connaissions depuis longtemps. Il avait une aura paternelle et chaleureuse. Je lui ai souri, un peu mal à l'aise. Il a gardé le silence pendant un moment. Puis il m'a salué avec "As-salamu 'alaykum". Sa tête a fait un signe de tête invitant. J'ai répondu immédiatement par "U-alaykum-as-salam". "Tu parles arabe" ? Tu parles arabe, m'a-t-il demandé sans être surpris. J'ai répondu que c'était suffisant pour une petite conversation.

Il s'est levé, m'a regardé et m'a tendu sa main bronzée. Ses ongles étaient jaunâtres à cause du travail artisanal.

"Je m'appelle Nasir-ibn Nur-ad-Din, mon fils" (on m'appelle le protecteur de la lumière et de la foi, mon fils). Je l'ai regardé et j'ai fait un signe de tête pour le remercier de m'avoir donné son nom. Comme nos noms sonnent humbles. Puis il s'est retourné, a levé la main et a pointé les tombes vers un petit construction de dômes. Je devais choisir un jour et l'heure pour me rendre sur cette tombe. Je ne devrais pas m'inquiéter non plus, il sera là.

C'est ainsi que s'est déroulée ma première rencontre avec le vieux Tunisien.

 

 

 

 

 

 

 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Jürgen Skupniewski-Fernandez.
Publicado en e-Stories.org el 01.09.2020.

 

El autor

 

Libro de Jürgen Skupniewski-Fernandez:

cover

Emotionale Welten von Jürgen Skupniewski-Fernandez



In den Gedichten hat der Autor das lyrische "Ich" durch ein vorwiegendes lyrisches "Du" bzw. "Wir" ersetzt, was eine kollektive Nähe zum Geschehenen hervorruft.
Die sehr eindrücklichen Beschreibungen leben von den vielen Metaphern und Vergleichen.
Eine klare und leicht verständliche Sprache sowie wohlgeformte Reime ermöglichen dem Leser einen guten Zugang zu den Gedichten.
Etwas für Lyrik-Liebhaber und jene, die gerne über das Leben philosophieren. Eine kleine poetische Reise, die den Leser zum Verweilen und zum Nachdenken über den Sinn des Lebens einlädt.

Möchtest Du Dein eigenes Buch hier vorstellen?
Weitere Infos!

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"Filosófico" (Relatos Cortos)

Otras obras de Jürgen Skupniewski-Fernandez

Did you like it?
Please have a look at:

Le pentacle indien/ 8ième partie - Jürgen Skupniewski-Fernandez (Crimen)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Vida)