Patrice Faubert

Paraphysique du présent permanent

Tout est à la fois
Très lointain et très récent
Dans un présent permanent
Ni passé, ni futur, du présent
Comme de et pour tout, l'effacement
Sous d'autres formes, tout se conservant
D'un présent l'autre
Pourtant, toujours ou jamais, des nôtres
1884
La femme devient légalement, de son corps
Propriétaire, de la théorie sans fin
Dans les faits, du toujours vain
Du mari, longtemps, la femme souvent l'objet
Une propriété, du meuble, en étant l'effet
D'un temps l'autre
D'une perception l'autre
D'une culture l'autre
D'un apprentissage engrammé, l'autre
La réalité
Et en quel domaine ?
Pour qui ou pour quoi
La réalité physique et scientifique
La réalité philosophique
La réalité historique
La réalité politique
Sociologique, poétique, économique, numérique
La réalité de ce que l'on veut
Pour maintenir son bon équilibre mental, physiologique et physique
Rejetant toute réalité
Qui pourrait nous déséquilibrer et nous déstabiliser
Laquelle voulons-nous ?
Laquelle pouvons-nous ?
De qui ? De quoi ?
Selon qui ? Selon quoi ?
De l'esclave ou du roi
De, il, elle, moi, toi, la réalité, c'est quoi ?
Ce que l'on peut mesurer, prouver, reproduire
Quoi ? quoi !
La réalité, ce dernier niveau d'organisation, c'est quoi ?
La réalité
De ce que nous appelons, la réalité
N'est pas par tous et toutes, ressentie pareille
Démons et merveilles
Par et pour l'ouvrier
Par et pour les cadres et les notables
Par et pour le patron
Par et pour les victimes d'humiliations
Par et pour le cuisinier
Par et pour l'employé
Par et pour le savant
Par et pour l'ignorant
Dans des réalités sociales souvent différentes
Pour des lois physiques, qui ne sont pas de la même vente
Riches ou pauvres, selon chaque situation
Et selon chaque profession
La réalité de la sensation
Plus que la sensation de la réalité
Et l'on peut, certes, tout mathématiser
Avec des équations aussi pour tout vérifier
Pour extrapoler ou pour tout invalider
Mais le temps humain
Se retarde du temps numérique
Du déficit et du transféré
Avec des enfants aux mémoires numérisées
De l'attention déficitaire pouvant se crétiniser
De la concentration quand elle est mal élevée
Cuisine moderniste en toxicomanie informatique
D'un clic l'autre, toute une clique
Déjà, Corée du Sud, Chine, USA,
Des centres de désintoxication, en holà !
Lire un être humain, comme un livre, c'est long
Il y faut de la réflexion
Et surtout une vraie compréhension
Y être en attention de concentration
Tout n'y est pas prémâché
Comme au cinéma ou à la télé
La radio sollicitant davantage l'imaginé
De toute une trilogie scotomisée
De toute fondation vivante, de la simplicité
Ectoderme, endoderme, mésoderme
De tout le vivant, c'est le terme
De tous les temps, et tant,voilà qui y sème
L'on y entre, l'on y sort
L'on s'y éveille, l'on y dort
Ni aucune raison, ni aucun tort
Et si l'information n'est ni masse ni énergie
Elle n'est que de l'information, comme un défi
L'énergie se contente d'être de l'énergie
Par-delà le plus ou le moins, se transformant
S'adaptant, se contorsionnant, se relativisant
Se mathématisant, et aussi, s'équationnant
L'énergie n'est qu'énergie
Multiple, variée, finie, infinie
Chaque humain ou non-humain, l'utilisant, la chevauchant
Surtout, l'interprétant et la réalisant
De la physique, du psychique
De la pellicule vivante du biofilm
Azote qui rote, chlorophylle masquée
La roche et des enduits de façade !
Azote de l'air en parade
Cyanobactéries maçonnant du biofilm
Du support bactérien en vrai film
Du sol, des plantes, des microbes, charade
Voilà les vraies mines du roi Salomon
Vers 970 - 931, avant notre ère, c'est selon
Argent, or, cuivre, ne pas devenir bonze
Et aussi, étain plus cuivre, voilà le bronze
De nos jours
L'argent d'achat, court, court, toujours
De poche en poche, il fait sa cour
Avec des milliardaires en euros
Ou en biens marchands, bientôt, déjà, de l'eau
De nos vies
Faisant du beau ou de la pluie
En personnes dressées et obéissantes, seule harmonie
Nous acceptons tout ce ceci
Les femmes tout autant que les hommes, c'est ainsi
Ou alors, femmes du matrilinéaire
Femmes Nabatéennes
Aux oubliettes même de certaines préhistoriennes
Mais dans et sans le vraiment vérifiable
Subjectivité de pensée magique, siège éjectable
Mais dans l'univers-bloc
Mais dans le vivant-bloc
Et de cela, en cela, aucun toc
L'église catholique française, en 1997
Put admettre qu'elle fut collaborationniste
Du temps manifestement nazi
De ce temps, où, de près, de loin, tout collabora
D'un idiome politique, l'autre, de la compromission
Du compromis collaboratif, actif ou participatif, de la démission
Et de tout gouvernement, tout s'y inscrit, même la fiction !
 
Patrice Faubert ( 2022 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )
 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Patrice Faubert.
Publicado en e-Stories.org el 01.08.2022.

 

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"Política & Sociedad" (Poemas)

Otras obras de Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

L'oeil entend, l'oreille voit - Patrice Faubert (Pensamientos)
Good bye - Jutta Knubel (Emociones)