Antonio Justel Rodriguez

THÈME D'AMOUR POUR UNE BALLADE TRISTE



... de ton corps à mon corps, Phénicie, éclair;
de mon corps au tien une rivière, un baiser dans un coup de vent, une marée ;
…oh, comme je t'ai aimé, et combien !
Te souviens-tu de ce tremblement de roses ouvertes,
et quelle ambroisie décelait dans tes seins la fureur de mon haleine ?
...oui, c'est dur de se souvenir de toi et de ne pas passer un beau moment
de lumière pour la mémoire ;

…nous étions un homme et une femme, un souffle, une rumeur, une chanson,
un seul et pur écho, tu te souviens ?
nous y sommes allés une fois;

… jusqu'à l'aube d'un jour donné où les chiens aboyaient,
et, sans se fatiguer, toute la nuit ils ont aboyé, aboyé et aboyé;
La lune brillait encore lorsque, vers l'aube,
les chiens s'éloignèrent avec la mort.
***
Antonio Justel Rodríguez
https://www.oriondepanthoseas.com
***
 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Antonio Justel Rodriguez.
Publicado en e-Stories.org el 24.11.2022.

 

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"General" (Poemas)

Otras obras de Antonio Justel Rodriguez

Did you like it?
Please have a look at:

Mis gentes (España: Dictadura 1939-1975) - Antonio Justel Rodriguez (General)
Winter Day - Inge Offermann (General)
Chinese Garden - Inge Offermann (General)