Patrice Faubert

Pentobarbital de sodium

" On comprend que cette contamination qu'elle soit prénatale mais surtout postnatale soit capable d'influencer et de moduler le déclenchement de la puberté et eu égard à cet effet oestrogénique, et bien, on va imprégner la petite fille en oestrogènes qui vont être capables de stimuler la glande mammaire, de stimuler l'utérus, et aussi de stimuler les centres nerveux qui régulent le déclenchement de la puberté "

Professeur Charles Sultan ( endocrinologue et pédiatre )

Pentobarbital de sodium
Gardénal, phénobarbital, nembutal
La famille du grand sommeil
Du vivre impossible, quand profond, d'être, est le mal
Quand tout nous est refusé
Tout ce que l'on peut aimer
Pour les uns et les unes, c'est la sexualité
Mais il y a la ménopause
Mais il y a l'andropause
Toujours quelque chose
Pour nous emmerder
Pour les uns et les unes, c'est voyager
Mais son argent, il faut pouvoir dépenser
Ou alors
Dans le couple, les goûts ne sont pas partagés
Toujours quelque chose
Pour nous emmerder
Mais pour paraphraser feu Boris Vian
Y'a quelque chose qui cloche, j'y retourne immédiatement
Il n'y a jamais aucune rencontre
Seulement des solitudes qui se rencontrent
Dans un monde d'argent au tout insipide
Il devrait d'ailleurs y avoir beaucoup plus de suicides
Pour tout, il faut payer, il faut en chier
La sexualité, le mariage, le divorce, pour manger ou dormir, pour voyager !
Il n'y a finalement
Que de fausses relations
Qui sont déterminées
Par des systèmes politiques
Nous menant à la cravache, à la trique
Mais puisque l'on nous dit
Que c'est la seule vraie vie
Nous buvons tout cela jusqu'à la lie
Aucune réalité augmentée
Ne pourra, de ce fait, rien améliorer
C'est pas le, je  kiffe total
Comme dirait la jeunesse du capital
De ce déguisement de jeunesse
Avec certes, une précocité pubertaire pour les filles
Quand les perturbateurs endocriniens étrillent
Des oestrogènes en folie
Dans une sotte société où tout se relie
Et il y a aussi l'enfant prépubertaire
Dont l'endurance sait tout faire
Et encore plus endurant
Qu'un sportif professionnel, sidérant
Pas étonnant
Me souvenant de mes performances physiques d'enfant
Des kilomètres de course à pied
Chaque jour, et pas le moins du monde, fatigué !
Certes
Cela n'est pas le record d'apnée
137,5 minutes, de la baleine à bec de feu Cuvier
L'élégance de l'équilibre
L'équilibre de l'élégance
La force des mécanismes
Les mécanismes de la force
Certes
Mes rodomontades
Sont au nez, une désagréable moutarde
Car de rien
Je ne suis le thuriféraire
Restant critique même sur feu l'Espagne libertaire
Restant néanmoins une référence humanitaire
Je suis comme un dinosaure
Toute la mentalité du capital m'ignore
En voie de disparition
En voie d'extinction
De personne, c'est ainsi
Je ne puis espérer aucun satisfecit
De l'âge de la pierre
De l'âge du fer
De l'âge du silicium
De l'âge de la réalité augmentée
Sur l'autre, tout vous saurez
Une réalité, il est vrai, d'une si grande pauvreté
C'est d'une tristesse à pleurer
Rien à cacher
Tout totalitarisme est pour la transparence, ne pas l'oublier
Les statistiques probabilistes rendant pourtant cela de grande inutilité !
Par exemple, l'âge moyen de la femme ménopausée
Est de 52 ans avec en moyenne, sept ans de durée
Mais tout n'est pas forcément hormonal
Il faudrait donc une écoconception  du mental
Testostérone, progestérone, oestrogènes
Par le bout du sexe, la physiologie génitale, nous mène
Messages chimiques, au moins mille hormones
Qui jouent leur partition dans nos corps, dring-dring, cela sonne
Mais au moins, la sexualité
C'est bon pour la santé
C'est pas comme la cigarette
Car pour les poumons, cela n'est pas une fête
Cent millions de personnes décédées
Au cours du siècle dernier
D'une addiction l'autre, il faut bien compenser
Quand de tout plaisir ou presque, l'on est privé
Du métier de vivre, l'on est bien mal salarié
26 avril 1986, Tchernobyl
Des centaines de milliers de liquidateurs à la file
Et sur des années, tous s'en allant mourir, cela défile
Alors que 700 kg d'iode
Bien des fins horribles, cela aurait pu éviter
Au moins, juste après l'accident
Rien ne fut fait, cela est édifiant
Face à tout ce terrifiant
Dès l'enfance, il y a l'école, il y a les parents
Le pentobarbital de sodium est une bienveillance
De ce monde du capital et de ses malfaisances
De ce monde réactionnaire
De toutes les familles identitaires
De toutes les familles réactionnaire
De tous les fascistes, de tous les doctrinaires
Tout ou presque est à vomir
Moi, j'ose le dire
C'est finalement la mort qui est la seule délivrance !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "



 
 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Patrice Faubert.
Publicado en e-Stories.org el 14.05.2018.

 

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"Política & Sociedad" (Poemas)

Otras obras de Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Ex-voto de réification - Patrice Faubert (Política & Sociedad)
Rainy Day - Inge Hornisch (Emociones)