Anna-Helena Kummerli

Histoire du Passion/Boulder/Bullfrog/Lake Powell

Boulder - Burr Trail et Bullfrog Marina - Lac Powell Vous avez aussi la possibilité de prendre, au milieu du village de Boulder, le Burr Trail. Cette route est encore plus belle, mais bien plus longue. Tout d’abord, on passe dans une sorte de vallée de roches rouges. C’est un passage très intense, puissant et fort. Comme je dis toujours, il y a des canyons masculins et des canyons féminins. Ce passage là est bien masculin. Après environs 1 heure, on arrive sur un haut plateau doux, couvert de junipers et de pins pour nous trouver, tout d’un coup devant un précipice. La route goudronnée se termine juste avant et c’est par une piste que l’on descend cette falaise. La vue est incroyablement belle. Devant nous: le Water-pocket-folder. En un rien de temps, nous sommes en bas et là, grande decision: est-ce que nous continons vers Bullfrog, une des 4 marinas du Lake Powell, ou est-ce que nous roulons le long de Capitol Reef pour retrouver la route principale? Difficile décision, car les deux chemins sont étonnants. Pourquoi ne pas descendre d’abord vers Bullfrog et de revenir sur nos pas, après avoir fait une petite promenade sur le lac? A Bullfrog, il y a toujours, comme il y a 30 ans, qu’un seul hôtel, un camping, un magasin et les bateaux. Mon premier coucher de soleil au bord de ce lac a été une révélation. Le silence, le ciel jaune, orange et ensuite rouge, quelques petits nuages pour “peindre” le ciel et cette grande joie d’avoir le privilège de vivre ce moment intense, en compagnie de ma fille aimée. Il y a des images qui restent gravés dans ma mémoire jusqu’au dernier souffle. Nous étions assises sur notre balcon, sans parler, juste à admirer. Le soir, dans le seul restaurant de l’endroit, un bon repas et une serveuse, qui était pourtant mormone, est allée nous chercher du vin au bar de l’hôtel. Comme sa religion ne lui permettait pas de nous servir la boisson, elle s’est excusée avec beaucoup de charme et de tolérance pour nous, pauvres buveurs! En Utah, j’ai souvent rencontré toutes sortes de lois pour, aussi bien les cigarettes que l’alcool, mais jamais de l’agressivité ou du mépris pour les “non-croyant”. Au contraire, beaucoup de tolérance, de sourires et de “laisser-vivre”. Il y a des villes, dans lesquelles il est absolument impossible de trouver une goutte d’alcool ou une simple cigarette. D’autres, ou il faut attendre la fin du culte pour pouvoir boire, même une bière. D’autres villes, ou on vit comme dans une ville “normale”. Bizarre! Il parait que ça dépend du maire? Je n’ai jamais rien compris à ces lois. Comme en Arizona, le dimanche, dans les magasins, on peut choisir toutes les bouteilles que l’on veut, les mettre dans son chariot, les payer, mais.....on ne peut pas les sortir du magasin avant 11 heures et la fin du culte. (Depuis quelques années la loi a changé). Dans les réserves indiennes, l’alcool est tout à fait interdit, même d’avoir une bouteille privée dans sa voiture ou chambre d’hôtel. C’est pourtant un Indien Navajo du canyon de Chelly qui m’a offert du whisky et de la vodka (au choix) pendant notre promenade à cheval. Egalement, tout au fond du canyon de Havasupai je suis tombée sur un cimetière de bouteilles vides et pourtant, on peut descendre à cet endroit qu’à pied ou à cheval. Il parait que les lois sont faites pour être violées. C’était la réponse de mon ami indien. Pour revenir à Bullfrog et au lac Powell, lors de notre premier voyage, Carmen et moi voulions faire un survol du lac en avion, mais comme l’avion ne pouvait arriver que dans l’après-midi et pour ne pas attendre, nous avons changé nos plans et loué un bateau. Pas n’importe quel bateau, mais un “power-boat”. Nous n’avions jamais conduit un bateau de notre vie et c’est sur la base de notre permis de conduire, que nous y avions droit. Une leçon de deux minutes maximum pour nous apprendre d’aller de l’avant et en arrière, 3 fusées de secours et des allumettes, 2 couvertures, 2 gilets de sauvetage, le plan du lac et le tour était joué. Pour sortir du port, Carmen a pris les commandes. Nous sommes parties comme de vraies débutantes, mais ça n’a pas duré. Une heure plus tard, nous étions les championnes du lac. Il faut dire qu’il n’y avait pas grand monde pour nous admirer, puisque pendant toute la journée, nous avons rencontre que trois autres bateaux. Il valait mieux ne pas tomber en panne. Comme ce lac à une longueur d’environs 400 km, quelques centaines de bras et de canyons cachés, seulement 5 endroits pour prendre de l’essence et que c’était l’hiver, on peut dire que c’était vraiment une aventure. Entre autre, nous avons exploré le “hidden canyon” (le canyon cache) et sommes allées tout au bout pour faire un pique-nique. Le seule problème, une fois sorties du bateau: comment l’amarrer? Pas d’arbres pour fixer la corde, mais nous avons trouvé un caillou assez solide pour retenir notre embarcation. Il valait mieux l’avoir à l’œil, car je ne nous voyais pas trop au fond du canyon, sans le bateau et à des centaines de kilomètres de toute habitation! Nous nous sommes installées sur notre plage privée et avons “rêvassé”. Tout d’un coup, je commençais à entendre des sons. On aurait dit de la flute ou des chants très lointains, une sorte de mélodie étrange, pourtant il n’y avait personne. Je n’ai pas osé faire part à Carmen, de peur qu’elle me prenne pour une illuminée. Au bout d’un moment, ma fille bougeait, tournait autour de notre plage, en regardant à droite et à gauche.....et finalement, elle me demande: est-ce que tu entends aussi des chants ou de la musique? Oui! En scrutant les parois de la falaise en dessus de nos tètes, nous avons découvert les ruines d’un village Anasazi, les “Anciens qui sont partis”, les ancêtres qui ont disparus autour de 1300. En réalité, nous nous étions arrêtées dans leur jardin. Ce n’était absolument pas angoissant, mais très réconfortant. Nous étions remplis d’un grand bonheur, car nous savions que nous venions de vivre un moment insolites et profond de notre vie. Je suis absolument convaincue que les “Anciens” ont partagé ce moment avec nous. C’est à regret que nous avons quitté ce coin si paisible pour retourner vers la marina de Bullfrog. Avant d’y arriver, il fallait encore faire le plein d’essence, ce qui n’était pas une mince affaire. Finalement, on arrive, je saute lestement du bateau pour l’amarrer et......je risque de tomber à l’eau. Je ne sais pas comment j’ai réussi à me reprendre, mais on voyait bien la débutante. Après une belle soirée et une belle promenade sur le lac, nous sommes parties en direction de Capitol Reef, ce qui prend environs 2-3 heures, par la piste du Burr Trial.
 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Anna-Helena Kummerli.
Publicado en e-Stories.org el 08.12.2018.

 

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"Travel Stories / My Home Country" (Relatos Cortos)

Otras obras de Anna-Helena Kummerli

Did you like it?
Please have a look at:

L’HISTOIRE D’UNE PASSION / Zion national Park - Anna-Helena Kummerli (Travel Stories / My Home Country)
Pushing It - William Vaudrain (General)