Anna-Helena Kummerli

L’HISTOIRE D’UNE PASSION / Hovenweep

Hovenweep

Toujours dans les alentours de Bluff, il y a aussi le Hovenweep national Monument, bien différent des autres endroits, car ça ressemble plus à des ruines “de chez-nous” (en Suisse). Hovenweep se trouve sur la frontière du Colorado et de l’Utah, tout près des “Four Corners”. Une belle promenade nous fait faire le tour de toutes les ruines et il ne faut jamais négliger cet endroit. Un jour d’été, ma sœur Thea et moi sommes parties de très bonne heure. Etant vraiment des lèves-tôt, nous étions sur la route quand c’était encore l’heure des prairie-dogs (chiens de prairie, sorte de marmottes). Il y en avait des centaines qui couraient, qui traversaient la route et qui jouaient tout simplement. Il y avait un champ fraichement labouré et ils se donnaient à cœur joie. Mon seul souci était de ne pas les écraser. Donc, si un jour vous passez de bonne heure à cet endroit, n’oubliez pas mes petits copains et prenez-en soins. Faites également une visite au visitor center de Hovenweep, car les Rangers sont agréables et vous donnent beaucoup d’indications. La promenade pour voir toutes les ruines ne prend qu’une petite heure. Elle est facile et agréable et vous mettra en bonne forme. Un jour d’octobre par grand vent, j’ai fait, toujours accompagnée de clients et amis, la petite promenade et nous sommes revenus bien ébouriffés et secoués de notre marche quand, dans le visitor center, un homme m’a demandé, s’il pouvait me poser une question. Evidemment! Je relève la tète et me trouve en face de mon “landlord” (propriétaire de la petite maison que je louais à Tucson) et de sa femme. Il était en voyage de noce. Nous ne nous rencontrons jamais a Tucson, mais là, au beau milieu de “nul-part” cette rencontre charmante.

 

A Bluff, il y a aussi Lucky, le cowboy et sa femme (plus maintenant) Rina. Lucky, c’est le “professeur du cheval” et si vous voulez vraiment monter des chevaux valables, il faut le faire avec lui. Ces chevaux ne sont pas “abimés” par les touristes, mais chacun a son caractère. Lucky verra tout de suite si vous êtes capable de monter celui-là plutôt qu’un autre. Les randonnées avec lui sont une merveille et vous apprenez franchement à monter un cheval correctement. La première sortie avec notre amie Bibine qui n’était jamais monté sur le dos d’un cheval était marrante. Elle se tenait aussi bien que possible sur le petit et gentil cheval, nommé Navy. Nous sommes montés une petite colline ce qui était facile, mais il fallait aussi en descendre et notre Bibine avait une trouille bleue et criait: non, non, je ne veux pas!! Deux jours plus tard, elle avait pratiquement adopté le cheval et était capable d’aller partout sans crainte. Deux années plus tard, nous sommes partis avec Lucky et Rina de nouveau pour une “over-night”. Cette fois, nous étions partis dans une vallée merveilleuse et perdue qui fait également partie de ce fameux « Bear Ear National Monument ». Nous avions fait 3-4 heures de randonnée et même galopé un bon bout, avant de monter nos tentes pour la nuit et d’allumer notre feu pour faire la popote. Il faisait exceptionnellement froid et nous étions bien serres autour du feu de camp et sommes parties nous coucher tôt. Un petit moment plus tard, Bibine, avec laquelle je partageais la tente, me dis: il pleut! Maintenant, il faut savoir qu’il ne pleut JAMAIS en mai dans cette région. Nos tentes étaient équipées de fenêtres anti moustiques, mais n’étaient pas étanches et il ne pleuvait pas seulement un peu. Finalement, on s’est refugiées dans la voiture - une dans le coffre et l’autre sur le siège arrière rabattu. Une heure plus tard, les deux autres amies arrivent également, mais il ne restait que le siège du conducteur et du passager devant. Ce n’était pas spécialement une bonne nuit, mais....c’était quand-même marrant. Le lendemain, grand beau temps et le soleil pour nous sécher et nous réchauffer. Pour revenir à Lucky notre cowboy: c’est franchement un cavalier de rêve. Il a une allure extraordinaire sur son cheval qui danse et on l’envie pour son aisance. On ne se lasse pas de le regarder et de l’admirer. En plus, il nous donne vraiment de bonnes leçons, nous apprends énormément et nous fait prendre confiance en nous. Avec ma sœur Thea, nous sommes montées un jour une pente très raide et rocailleuse. Quand j’ai vu la pente, j’avais franchement des soucis, mais Lucky m’a simplement dit: tu PEUX le faire et je l’ai fait, même si la descente était encore plus scabreuse. Quelques années plus tard, je voulais remonter avec mon amie Anne-Lise, une très bonne cavalière. Entre temps, le terrain avait change à cause d’inondations et de tempêtes. Par contre, les chevaux avaient toujours l’habitude de l’ancienne piste et il fallait absolument les empêcher, sinon ils partaient dans le vide et vers la chute. En entamant la descente, Anne-Lise me parlait, mais je lui ai répondu: “ne me parle pas, j’ai déjà assez de problèmes”. J’ai transpire, mes mains étaient moites et mes jambes en coton, mais nous étions fières de l’avoir fait. Tout ca grâce à Lucky et “son école”. Sa femme (aujourd'hui ex femme) est une personne douce et cultivé. Elle est née en Rhodésie et au moment de l’indépendance, quand la Rhodésie est devenue le Zimbabwe, a quitté ce pays pour vivre en Afrique du sud et ensuite au Chili. Un jour, elle arrive à Bluff avec un groupe de voyageurs, fait du cheval avec Lucky et en tombe amoureuse. Elle revient encore une fois et pour leur troisième réunion, c’était le mariage. Malheureusement, Lucky traite extrêmement bien ses chevaux, mais n’a pas le même cœur pour sa femme. Après beaucoup de peines et de chagrins, elle a décidé de se séparer de lui. C’est un peu l’histoire du professeur de ski dans la station de montagnes. Il est extraordinaire sur ses skis, mais ne le descendez pas dans la vallée ou la ville. J’aime beaucoup Lucky pour tout ce qu’il m’a appris et j’adore faire du cheval avec lui, mais ca s’arrête la.

 

Si un jour vous avez le temps, prenez la peine de partir de Bluff, remonter le fameux “mur” en direction des Natural Bridges, mais au lieu de vous arrêter là, vous prenez la route de Hite. Le paysage est beau et doux. C’est donc a Hite que le Colorado sort du Cataract Canyon et entre dans le lac Powell, ainsi que le Devils River (la rivière du Diable) et les vues sont absolument spectaculaires. Malheureusement, à mon dernier passage, le niveau du lac était tellement bas que là, où d’habitude je pique-niquais en mettant mes pieds dans l’eau, poussait de l’herbe!! Après le lac, vous roulez le long de la Fremont River en direction de Hankville, mais bifurquez 26 miles avant vers Bullfrog. A Bullfrog, attendez le ferry qui vous déposera de l’autre cote du lac à Hall’s Crossing. La traversée du lac est si belle et si paisible et le retour de Hall’s Crossing à Bluff absolument extraordinaire. Ça prend une bonne journée, mais quelle belle journée. Un jour, étant avec des clients qui étaient fatigués de marcher, nous avons fait ce tour et en fin de journée, ils m’ont remercié de leur avoir offert ce cadeau bien spécial et si beau. Essayez! Malheureusement, depuis que j’ai écrit ces lignes, il n’y a plus beaucoup de ferry entre ces deux endroits, car le niveau du lac Powell est simplement trop bas.

 

Sur cette route j’ai découvert un hôtel tout à fait par hasard. Je roulais en sens inverse, en venant de Bryce Canyon et le petit village de Hankville n’avait pas bien plus à mes clients, alors nous voulions aller jusqu'à Bluff. Juste après le passage de Hite et près du pont qui enjambe le Colorado, un orage a éclaté et la route était inondée, la visibilité pratiquement nulle et le ciel n’arrêtait pas de se déverser sur nous. Finalement, nous nous sommes arrêtés, non sans peine, au seul hôtel de la région, au Fry’s Canyon. Des cabanons fort agréables qui sentaient bons le bois frais et un “chef” californien au restaurant. Nous étions les seuls clients et le repas était succulent, mais.....on voulait nous vendre une bouteille de vin pour 80.00$. C’était un peu fort, mais finalement, nous avons quand-même obtenu une à 18.00$. Il pleuvait toujours au moment de nous retirer dans nos cabanons, mais le lendemain matin: ciel bleu - soleil et plein de petits lapins profitant de prendre le petit déjeuner d’herbe fraiche, devant nos cabanons. Nous avons continue notre route sous un ciel radieux.

 

 

Todos los derechos pertenecen a su autor. Ha sido publicado en e-Stories.org a solicitud de Anna-Helena Kummerli.
Publicado en e-Stories.org el 27.08.2019.

 

Comentarios de nuestros lectores (0)


Tu comentario

¡A nuestros autores y a e-Stories.org les gustaría saber tu opinión! ¡Pero por favor, te pedimos que comentes el relato corto o poema sin insultar personalmente a nuestros autores!

Por favor elige

Post anterior Post siguiente

¿Este novel/poem viola la ley o el reglamento de publicación de e-Stories.org?
¡Por favor, infórmanos!

Author: Changes could be made in our members-area!

Mas de"Travel Stories / My Home Country" (Relatos Cortos)

Otras obras de Anna-Helena Kummerli

Did you like it?
Please have a look at:

L’HISTOIRE D’UNE PASSION - Bluff - Anna-Helena Kummerli (Travel Stories / My Home Country)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Vida)